Déclaré persona non grata par les dirigeants du festival de Cannes en mai dernier*, Lars Von Trier va beaucoup manquer. Aux cinéphiles, mais aussi et surtout à ses actrices en quête d’un des plus prestigieux prix cinématographiques. Après Björk en 2000 pour « Dancer in the Dark », et Charlotte Gainsbourg en 2009 pour « Antichrist », c’est au tour de Kirsten Dunst de remporter le prix d’interprétation féminine grâce à un film du réalisateur danois. La rumeur veut même que sans cet exil forcé, « Melancholia » aurait certainement remporté la Palme d’or. Une Palme qui aurait été grandement mérité (elle a finalement été remise au magnifique « Tree of life »).


Tous les acteurs sont incroyablement bons. Mais Robert De Niro et le reste du jury ne s’y sont pas trompés en récompensant Kirsten Dunst. Dans la première partie qui lui est consacré, l’actrice, solaire même au plus profond de la dépression, traîne sa mélancolie comme elle porte sa robe de mariée. Avec une grâce insolente. Justine, parée de son plus joli sourire de façade à l’occasion de son mariage mort né, sombre dans une mélancolie incontrôlable et gâche la fête (une fête aussi très drôle grâce à un Kiefer Sutherland sur les nerfs et à une Charlotte Rampling rabat-joie). S’enfonçant dans une profonde dépression inexpliquée, elle part s’installer dans la somptueuse demeure de son aînée sur qui est accès le second fragment du film. Sœur très maternelle, Claire, est aussi terre à terre que Justine est irrationnelle. Contradictoires, les deux femmes se complètent et font sablier. Quand il devient certain que la planète Melancholia fera plus que frôler la Terre, Justine reprend de l’entrain (paradoxalement la mort lui redonne le goût à la vie) tandis que Claire sombre, les rôles s’inversent, cette fois-ci, c’est la mélancolique qui guide la cartésienne.

Lire la suite…

Auteur : Chroniques d’une Cinéphile

Synopsis : À l’occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la soeur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre…
Casting : John Hurt, Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, …
Réalisateur : Lars von Trier
Sortie cinéma : 10 août 2011