Le roi Khalar Zym, déterminé à récupérer le dernier morceau d’un masque qui lui permettra de ressusciter sa défunte épouse, extermine toux ceux qui se dressent sur son passage. Alors qu’il n’est encore qu’un enfant, Conan assiste au massacre de son village et au meurtre de son père. Une fois, adulte et rodé au combat, il est bien décidé à se venger.


Crée en 1932 par Robert E. Howard, pionnier en matière d’Héroïc Fantasy (à son actif, on trouve aussi Salomon kane et Red Sonja), Conan fait ses premières apparitions dans le magazine pulp*, « Weird Tales ». Les péripéties du barbare ont déjà été adaptées au cinéma en 1982 par John Milius avec Arnold Schwarzenegger dans le rôle-titre, mais Marcus Nispel nie en avoir réalisé un remake. Selon lui, sa version est plus proche des récits originels. Mais finalement, que « Conan » soit une interprétation originale ou une pâle copie, peu importe. L’intérêt de « Conan » n’est pas là. Mais plutôt dans ce plaisir coupable (ou pas) qu’on a, à assister aux aventures d’un barbare primaire à travers les terres hostiles d’une époque reculée. Bref, peu importe pourquoi Conan cogne, pourvu qu’il cogne…
Passée une première scène ridicule, on est plutôt bien servi. Dès le début du film, ça tranche, ça coupe, ça décapite, ça brûle… Un vrai carnage. Au milieu des guerriers sanguinaires et des sorcières maléfiques, trône Conan, encore jeune mais plus vraiment innocent. Leo Howard dont il vous faudra retenir le nom, campe ce gamin casse-cou au regard insolent et téméraire. A 13 ans, le jeune acteur a un potentiel monstre. Ceinture noire de karaté, il a sa propre émission Disney (le « Leo Little’s Big Show ») et déjà quelques films à son actif. Une véritable graine de star.

Lire la suite…

Auteur : Chroniques d’une Cinéphile

Synopsis : Les aventures de Conan à travers le continent d’Hyboria, en quête de vengeance suite au meurtre de son père et du massacre de son village.
Casting : Jason Momoa, Ron Perlman, Leo Howard, …
Réalisateur : Marcus Nispel
Sortie cinéma : 17 août 2011