Adapté de faits réels, le film se passe dans les années 70. Irving Rosenfeld et sa belle et sexy partenaire Sydney Prosser sont passés maîtres dans l’art d’arnaquer les gens. Mais malgré leurs talents, ils sont coincés par la police. Ils se retrouvent forcés par Richie DiMaso, un agent du FBI un peu trop ambitieux, de piéger un maire un peu mafieux dans le New Jersey. Le bluff se met en place, mais c’est sans compter sur la femme jalouse de Rosenfeld et son caractère un peu borderline qui pourrait facilement ruiner le plan…

« American Bluff » porte bien son nom. Le film a fait beaucoup parlé de lui mais n’a pas réussi à bluffer tout le monde, les critiques ont adoré ou ont été franchement agacé par le choix de la mise en scène et la caricature des personnages principaux. Pour les défenseurs du film, les personnages mordent la vie à pleine dents. Ils sont en quelques sortes des victimes du capitalisme et ne font que prendre ce qu’ils pensent leur revenir de droit, le tout en pattes d’éléphant et cheveux gominés. Mais pour une bonne partie des critiques françaises, le réalisateur David O. Russell nous propose un réchauffé du concept de son film « Hapinness Therapy » : un casting efficace, très calculé pour plaire, et le résultat est jugé pompeux, trop long, trop décoratif. Le film ne respecte pas vraiment l’enquête qui sert de file conducteur pour exposer les personnages et leur look grotesque a des situations d’arnaques un peu faciles.

coup_poker_american_bluff_photo_01

Cependant, les critiques Américaines ont été plus clémentes, et force est d’admettre que le public est ressorti des salles avec des avis assez favorables. Il était donc logique qu’ « American Bluff » soit nominé aux Oscars 2014 dans 10 catégories, comme son adversaire direct le très médiatisé « Gravity ». Les avis divergent sur les futurs gagnants, et comme dans une grande partie de poker (pour les néophytes un petit rappel des règles ici), American Bluff va devoir faire tapis et bluffer une dernière fois pour remporter un ou plusieurs oscars face à ses adversaires, car certains ont de très bonnes cartes en main.

On attend donc le 2 mars pour découvrir le résultat. En attendant, voici une liste des films nominés et des catégories :

Dans la catégorie meilleur film :
« American Bluff », de David O. Russell
« Capitaine Phillips », de Paul Greengrass
« Dallas Buyers Club », de Jean-Marc Vallée
« Gravity », d’Alfonso Cuaron
« Her », de Spike Jonze
« Le Loup de Wall Street », de Martin Scorsese
« Philomena », de Stephen Frears
« 12 Years a Slave », de Steve McQueen

Dans la catégorie meilleur acteur :
Christian Bale dans « American Bluff »
Matthew McConaughey dans « Dallas Buyers Club »
Leonardo DiCaprio dans « Le Loup de Wall Street »
Bruce Dern dans « Nebraska »
Chiwetel Ejiofor dans « 12 Years a Slave »

Dans la catégorie meilleure actrice :
Amy Adams dans « American Bluff »
Cate Blanchett dans « Blue Jasmine »
Sandra Bullock dans « Gravity »
Judi Dench dans « Philomena »
Meryl Streep dans « Un été à Osage County »

Dans la catégorie meilleur réalisateur :
David O. Russell pour « American Bluff »
Alfonso Cuaron pour « Gravity »
Alexander Payne pour « Nebraska »
Martin Scorsese pour « Le Loup de Wall Street »
Steve McQueen pour « 12 Years a Slave »

Dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle :
Bradley Cooper dans « American Bluff »
Barkhad Abdi dans « Capitaine Phillips »
Jared Leto dans « Dallas Buyers Club »
Jonah Hill dans « Le Loup de Wall Street »
Michael Fassbender dans « 12 Years a Slave »

Dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle :
Jennifer Lawrence dans « American Bluff »
Sally Hawkins dans « Blue Jasmine »
June Squibb dans « Nebraska »
Julia Roberts dans « Un été à Osage County »
Lupita Nyong’o dans « 12 Years a Slave »

Dans la catégorie meilleur film en langue étrangère :
« Alabama Monroe », de Felix van Groeningen, Belgique
« La Chasse », de Thomas Vinterberg, Danemark
« La Grande Bellezza », de Paolo Sorrentino, Italie
« L’image manquante », de Rithy Panh, Cambodge
« Omar », de Hany Abu-Assad, Palestine